UN LIEU DE VIE ET DE CULTURE, AVEC ET POUR TOUTES ET TOUS

LE LIEU ET SON HISTOIRE

Un fort militaire chargé d’histoire

L’histoire du site et de sa restauration

C’est en 1660 que Louis XIV ordonne la construction du fort, à l’entrée du Vieux Port. S’il a vocation à protéger la ville de l’extérieur, les canons pointés sur la ville témoignent de sa vocation première : soumettre à l’allégeance royale les élans révolutionnaires marseillais d’alors.
Symbole de l’autorité royale, le Fort Saint-Nicolas sera partiellement démonté par les citoyens à la Révolution, et ses pierres employées à la construction du quartier du Panier. Le futur empereur Napoléon conscient de son potentiel défensif stratégique, plaidera pour sa reconstruction. À la fin du 19ème siècle, Napoléon III, qui s’investit dans l’évolution de l’urbanisme à Marseille, décide d’accompagner le déploiement des activités de la ville sur la rive nord du Vieux Port et perce d’un grand boulevard le Fort Saint Nicolas, dont les deux parties prendront par la suite le nom de navigateurs français : la partie haute du fort prend désormais le nom de Fort d’Entrecasteaux.
Le Fort d’Entrecasteaux restera militaire jusqu’en 2011, date à laquelle l’armée française, qui n’en a plus l’usage, le cède finalement à la Ville de Marseille.

Pendant 20 ans, à l’initiative du Ministère de la Défense, puis avec le soutien de la Ville de Marseille, des premiers travaux de restauration sont menés par des personnes en situation de fragilité via les chantiers d’insertion d’ACTA VISTA, qui permettent à des personnes en situation de précarité sociale et économique de trouver un emploi et suivre une formation qualifiante aux métiers du bâti ancien.